LA BELGIQUE, SA FRITE, LA WALLONIE, SES INEPTIES

 

FRITES

   Du 3 au 9 décembre 2018 s'est déroulée en Belgique wallone la Semaine de la Frite et à cette occasion vous avez pu en manger gratuitement une petite portion - faut quand même pas pousser - dans l'une des 140 friteries qui ont participé à cette action. Mais bien sûr, la frite n'est pas que wallonne, avant tout, elle est Belge.

   En effet, la culture du fritkot a été reconnue au patrimoine culturel et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles en novembre 2016. Ce n'est qu'en 2017 que cette culture était à son tour reconnue en Flandre et entra au patrimoine belge immatériel. Pour une fois, la Wallonie avait pris le devant sur la Flandre. Ouf !

   La Belgique, depuis peu, est devenue le premier exportateur de pommes de terre à travers le monde mais comme notre pays manque toujours d'un cent pour arrondir son panier, il faut faire appel à d'autres pays pour pouvoir proposer des patates en suffisance au peuple. Elles sont importées de France, des Pays-Bas et d'Allemagne principalement.

   Pourtant aujourd'hui, il existe 183 variétés de pommes de terre enregistrées en Turquie, toutes arrivant de pays étrangers mais a cependant enregistré les deux premières variétés indigènes pour la première fois le 1er avril 2015. Ensuite, 3 variétés de plus sont apparues; Nahita, Unlenen, Nam et projette également d'enregistrer 3 autres variétés dans un très proche avenir, si ce n'est déjà fait.

unafri

Apaq-wChez nous, L'UNAFRI, l'Union Nationale des Frituristes et l'Apaq-W, l'Agence Wallonne pour la Promotion d'une Agriculture de Qualité ont pour objectif de faire reconnaître cette culture au niveau mondial via l'Unesco, rien que ça !

Il est vrai qu'un peu partout dans le monde, s'il vous arrive de quitter notre beau pays aux trois pitoyables gouvernements qui, en 2017 ne comptaient pas moins de 53 ministres, 467 parlementaires et 14.029 conseillers provinciaux et communaux, (merci aux 'gilets jaunes' de nous l'avoir prouvé une fois encore aujourd'hui) vous aurez l'occasion de lire et d'entendre "French Fries" et pour ainsi dire jamais "Belgian Fries. Si même la frite n'a pas été inventée chez nous, c'est quand même ici qu'elle est la meilleure, pourrait-on dire.

   Il m'est arrivé de visiter quelques pays et de gouter ici et là ces fameux batonnets supposés être croustillants. Au lieu de cela, une grosse tache d'huile, des frites blanches et même pas cuites. Horrible.

   La Belgique compte aujourd'hui plusieurs milliers de friteries. On les estime à plus ou moins 2660 en Flandre, 1500 en Wallonie et 300 à Bruxelles.

Bernard Lefèvre UNAFRI

Bernard Lefèvre (UNAFRI) a d'ailleurs déclaré: "Nous travaillons sur l'idée d'une agréation des frituristes".

La Belgique, certes, ne compte pas comme fierté que le "batonnet doré", heureusement d'ailleurs, elle compte bien d'autres choses tels que la culture de la  bière, le Carnaval de Binche, le Carnaval d'Alost,...au total 11 autres fiertés sont inscrites au patrimoine immatériel de l'UNESCO.

   Mais les frites ne sont pas que la fierté des frituristes. Elles sont aussi la fierté de nombreux snacks, et autres types de restauration. Là où le bât blesse profondément, c'est là où on ne s'y attend pas, là même où ça peut faire sourire voire rire à s'en faire décrocher la mâchoire pour certains, mais là surtout où la Fédération Wallonie nous prouve sa véritable connerie.

   Si c'est en buchant que l'on est susceptible de devenir bucheron ou encore en cuisinant que l'on est susceptible de devenir cuisinier, c'est aussi et surtout en faisant des recherches que l'on se rend vite compte que tous ceux qui se disent 'diriger' et 'décider' ne sont pour autant toujours des lumières et la Wallonie ne s'en prive pas. Les grands chapeaux n'abritent que rarement de gros cerveaux.

   Parler des frites comme s'il s'agissait du drapeau national, c'est bien, et les arguments sont nombreux mais, si on prend le temps d'examiner ce que cette fameuse Fédération Wallonie impose à celles et ceux qui voudraient se lancer dans l'Horeca et la "petite restauration", on pourrait, dans le pays du "baton doré" s'esclaffer de cette bêtise typiquement bien de chez nous.

Voici donc ce que l'on peut s'interroger des normes de la Fédération Wallonie Horeca et, croyez-moi, ce n'est pas un 'Fake News'.

Horeca 2

 

   Vous avez bien lu, il est interdit de servir les plats indiqués avec des frites, uniquement avec du pain mais pire encore, vous pouvez proposer des croquettes de toutes sortes mais pas de pomme de terre.  A part cela, la Wallonie revendique sa frite au patrimoine belge immatériel via l'UNESCO. Et un truc aussi débile, c'est sorti de certains "cerveaux" de l'Horeca Wallonie. Pas étonnant qu'elle se porte si bien !

   Je me suis permis d'ajouter les coordonnées de cet organisme au cas où vous auriez deux mots à dire à ses "hauts dirigeants".

   Bref, si vous envisagez de vous lancer dans cette 'petite restauration, réfléchissez-y à deux fois et prenez bien vos renseignements. Il n'est pas impossible, puisque les trois gouvernements de notre pays éprouvent bien des difficultés à s'accorder, que les conditions à Bruxelles et en Flandre ne soient pas aussi risibles dans ce domaine. Et quand on sait que la France vous donne bien plus de possibilités dans son système 'Brasserie', il ne tient qu'à vous de franchir le pas.

Mais les choses ne s'arrêtent pas là. Lisez donc ce qui suit

Région flamande : suppression de l’accès à la profession pour certaines activités professionnelles à partir du 1er janvier 2018

Le Gouvernement flamand a décidé de supprimer la règlementation relative à l’accès à la profession pour un certain nombre d’activités professionnelles.

Il s’agit des professions suivantes :

  • grossiste en viandes-chevillard
  • dégraisseur-teinturier
  • restaurateur/traiteur-organisateur de banquets
  • boulanger-pâtissier
  • coiffeur
  • esthéticien
  • masseur
  • pédicure
  • opticien
  • technicien dentaire
  • entrepreneur de pompes funèbres
  • boucher-charcutier
  • et les activités réglementées relatives aux vélos et aux véhicules à moteur

Attention ! Il s’agit d’une décision du Gouvernement flamand qui s’applique donc uniquement à la Flandre et qui est valable seulement à partir du 1er janvier 2018. Si vous voulez vous lancer en Flandre avant le 1er janvier 2018 et exercer l’une de ces activités réglementées, vous aurez toujours besoin d’un accès à la profession jusqu’au 31 décembre 2017.

Pour le secteur de la construction, rien ne change pour l’instant. De même, s’il souhaite lancer une entreprise commerciale, l’entrepreneur devra toujours justifier de connaissances suffisantes en gestion de base, obligatoires dans les trois Régions. Pour la Flandre, les connaissances en gestion seront probablement supprimées à partir du 1er septembre 2019.

Une dernière chose, si néanmoins vous souhaitez vous lancer dans la restauration en Wallonie sans posséder cet accès toujours obligatoire, il vous suffit de renseigner votre siège social en Flandre, et le tour est joué. Voilà ce qui m'a été gentiment soufflé lors de mon contact téléphonique avec Horeca Wallonie.

Ils sont formidables, quand même, nos élus au sein du gouvernement wallon, n'est-ce pas?

   

PB